Accueil > A la une

Jennifer: relier le Hubei au monde via l'anglais

Au cours des 40 ans de réforme et d’ouverture de la Chine, la province du Hubei a ouvert ses bras au monde extérieur, attirant de plus en plus d’étrangers pour y étudier et travailler.

Une série de reportages sur les caractéristiques du Hubei et son développement aux yeux des étrangers seront publiés dans ce contexte.

Jennifer 

Jennifer, originaire de Toronto, au Canada, travaille actuellement comme une enseignante d'anglais à Shiyan.  

Âgées de 56 ans, Jennifer s'entendent bien avec ses élèves, car elle est jeune au coeur. Et pour mieux s'adapter à la vie en Chine, elle s'est donnée un nom chinois, Zhang Nifeng (张妮凤). 

En 2007, Jennifer a été désignée par un établissement d'enseignement de Toronto pour travailler à Wuhan, capitale de la province du Hubei. 

"Je n'ai jamais entendu parler de Wuhan avant", a expliqué Jennifer, ajoutant qu'elle était surprise par la vaste étendue de la ville à son arrivée. 

En 2015, elle a visité le mont Wudang avec des amis. Le beau paysage l'a impressionné et suscité son intérêt à travailler là-bas. 

Deux ans plus tard, elle a été nommée pour enseigner au Collège no2 de Shiyan, où le mont Wudang se trouve. "Je suis ravie de voir la destination", a-t-elle présenté. 

"Les enfants sont très mignons et sympathiques. Nous avons rencontré beaucoup de situations hilarantes", a dit Jennifer en souriant. 

Les élèves l'a invitée à faire une excursion une fois. Jennifer a demandé quoi apporter. "Snake!" a lâché un enfant. "Quoi?" Elle ne pouvait pas croire ses oreilles. "Je pensais que ces enfants étaient fous. Le serpent est l'animal que je crains le plus", a-t-elle dit. 

Le lendemain, Jennifer a vu des élèves sortir des collations comme les chips et les biscuits de leurs sacs, elle a soudainement réalisé qu'il y avait un léger malentendu. "Snack, pas snake", elle se mit à rire à haute voix. 

Une autre fois, Jennifer a été invit­é à manger des "lobsters" par son élève. "Combien de lobsters me traiteras-tu?" a-t-elle demandé. "Deux pots", a répondu l'élève, ce qui l'a choquée que les enfants ici sont de gros mangeurs. 

Mais quand elle a vu des lobsters dans les pots, elle éclata de rire. "Ce que nous avons mangé étaient des écrevisses", a-t-elle dit. 

Les journées ici lui a apporté non seulement du plaisir, mais aussi des histoires touchantes. 

En 2018, deux élèves de sa classe ont été choisis pour étudier à Toronto. Après leur retour en Chine cette année, ils ont immédiatement rendu visite à Jennifer et partagé leur vie et leurs expériences avec elle. "Je suis tellement émue que ces enfants me traitent comme une membre de la famille", a-t-elle dit. 

Jennifer s'intéresse beaucoup à l'histoire et la culture de Shiyan. "J'ai lu des documents dans le musée de Shiyan. Je sais qu'il y a le projet d'adduction d'eau Sud-Nord et des  œufs fossiles de dinosaures ici", a-t-elle présenté. 

Jennifer présente souvent le Hubei à ses amis au Canada. "J'espère établir un pont reliant le Hubei au monde via l'anglais, de sorte que plus de gens peuvent connaître le Hubei et Shiyan", a-t-elle dit. 

>> Lire aussi: Un jeune Américain devient maître du kung-fu au mont Wudang

Nous Ecrire

Nous écrire