Accueil > A la une

Wuhan, ville à l'odeur particulière

 

Emeline Chevallier, expatriée française, arrivée à Wuhan en février 2013, partage avec nous aujourd’hui son histoire avec cette ville qu’elle affectionne tout particulièrement.  

« Ma première impression c’est celle de la brume », avoue Emeline. A l’époque, il y avait déjà beaucoup de travaux au centre-ville de Wuhan, ce qui donnait l’impression qu’il y avait de la terre, de la poussière et de la brume partout. A son arrivée, ce qui lui saute aux yeux c’est l’image d’une ville en chantier permanent, avec beaucoup de poussière et en même temps beaucoup de monde. « Mais ce n’était pas forcément une image négative, parce qu’on était curieux de tout car tout était très différent. » ajoute-t-elle.  

A l’heure actuelle, la plupart des travaux de 2013 sont terminés et la ville de Wuhan a bien changé. Selon Emeline, la ville de Wuhan a réalisé de beaux projets d’urbanisme tels que la construction de la voie verte autour du lac de l’est, la rénovation de l’Avenue Zhongshan, l’inauguration de nouvelles lignes de métro chaque année etc… tous ces projets ont embelli la ville et ont fait de Wuhan une ville plus agréable pour y habiter. Elle cite l’exemple de son mari qui travaille pour un équipementier automobile à Zhuankou : « Avant, mon mari mettait presque une heure pour aller au travail depuis Hankou, mais après la construction de la voie surélevée sur l’Avenue Dongfeng, il ne met plus que 35 minutes. C’est incroyable !» 

Emeline habite à Hankou près de l’Hôtel New World. Pour elle et son mari, cet endroit est plus vivant car on y trouve beaucoup de restaurants et de bars sympas pour sortir le soir. Ils avaient vraiment envie de vivre pleinement leur expérience wuhanaise, proche des quartiers populaires, au cœur de la vie chinoise. Comme loisirs, Emeline aime se promener dans la ville pour y repérer des endroits que les gens ne connaissent pas. Des marchés aux antiquités, des marchés aux thés, des ruelles où l’on peut manger du barbecue le soir, des petits quartiers populaires, etc. elle nous a d’ailleurs mentionné plusieurs de ses bonnes adresses que même certains locaux ne connaissent pas. Mais malheureusement beaucoup de ces endroits populaires sont en train de disparaitre petit à petit et elle pense que c’est dommage car ce sont ces endroits qui font le charme de Wuhan.   

C’est aussi ce qu’elle fait avec les Flâneries, une sortie gratuite, organisée une fois par mois, par une petite équipe de femmes bénévoles pour faire découvrir aux français (et même plus largement aux étrangers) des endroits à Wuhan ou dans ses environs. Le but de cette activité est de mieux faire connaitre Wuhan, de faciliter l’accès à ces lieux à des personnes qui parfois n’oseraient pas s’y rendre seules par peur de se perdre, ou bien par peur de ne pas pouvoir communiquer et c’est aussi et surtout l’occasion de partager un moment convivial tous ensemble.  

Ayant vécu à Wuhan pendant plus de 4 ans, Emeline a tissé des liens forts avec la ville : « Il y a une odeur que je trouve particulière à Wuhan, et chaque fois que je rentre en France et que je reviens, tout de suite je retrouve cette odeur spéciale que je ne peux pas expliquer ». Au mois d’octobre 2017, l’aventure d’Emeline à Wuhan sera terminée puisqu’elle va rentrer en France. Nous lui souhaitons bonne chance et nous espérons que cette odeur particulière de Wuhan pourra demeurer à jamais dans sa mémoire.(Rédacteur:ZHOU Xi)  

Nous Ecrire

Nous écrire