Accueil > A la une

Les changements de Wuhan vus par un étudiant étranger

                                                         Patrick Moteng dans le camps de HUST

"Chaque année il y a des changements", a répondu Patrick Moteng, un étudiant camerounais qui a vécu à Wuhan pendant 11 ans, à la question sur les changements de la ville pendant les dernières années.  

Moteng est venu à Wuhan en 2006 pour poursuivre ses études à l'Université des Sciences et Technologies de Huazhong (HUST). C'est un jeune homme qui aime le football, le cyclisme et la lecture. Il a lu Zeng Guofan, Zheng Banqiao ainsi que La Plaine du Cerf Blanc de Chen Zhongshi et il a visité un bon nombre d'endroits du Hubei, dont Yichang, Enshi, Xianning, Suizhou, Ezhou et Huanggang.  

Moteng se souvient encore de sa première arrivée dans la ville: "Je suis arrivé dans la nuit, ma première impression de HUST, c'est qu'on marche pendant très longtemps pour arriver à mon dortoir". C'est dans ce grand campus, si grand de sorte qu'il "a eu mal à trouver son chemin", que Monteng a fini ses études de licences, de master et bientôt il terminera ses études de doctorat.  

11 ans de séjour a fait de Moteng un témoin du développement de la ville. "Le plus grand changement de Wuhan, c'est visible à la vue, les ponts, les malls, mais aussi le temps de trajets. " a-t-il dit.  

Selon Moteng, le parcours entre HUST et Jiedaokou était combatant dans le passé, avec tellement d'embouteillages, de sorte qu'il faut "préparer à perdre votre journée", et il faut une heure et demi pour aller visiter un ami à Hankou, une heure trente pour un trajet de 18km. Mais avec l'élargissment des routes, la construction du pont et la construction du métro, il ne faut que 15 minutes pour aller à Jiedaokou et 40 minutes pour aller à Hankou maintenant.  

L'augmentation des étrangers constitue un autre grand changement de Wuhan aux yeux de Moteng. "Avant, on avait notre communauté étrangère, spécialement les étudiants étrangers, c'est très petit, un petit cercle, on se connaissait presque tous", a dit Moteng, en ajoutant que les européens et américains sont très peu à ce moment-là. Mais petit à petit, de plus en plus d'étudiants étrangers arrivent, les Africains, les Européens, les Américains, etc..Le nombre a tellement augmenté de sorte que "les dortoirs de HUST ne suffisent plus", sans compter de se réunir tous dans un même bar tous les vendredi comme avant.  

Selon les statistiques, la ville de Wuhan compte pour l'instant 12 000 étudiants étrangers qui sont venus d'environ 200 pays du monde, et en 2006, l'année où Moteng est arrivé à Wuhan, le chiffre est de 4030.

Interrogé sur ses futurs projets, Moteng a dit franchement qu'il fallait voir les opportunités. Mais quoi qu'il choisisse, rester à Wuhan ou revenir au Cameroun, nous lui souhaitons pleins succès avec toutes les connaissances obtenues à HUST. (Rédacteur: PENG Yanhong)

 

Nous Ecrire

Nous écrire